L’occasion fait le larron

 

Le 22 décembre dernier, au sommet de la fatigue et de l’adrénaline de fin de salon, l’impensable s’est produit. Mon chéri et moi avons oublié de ramasser le dernier voyage à mon emplacement du Salon des métiers d’art du Québec. Abandonnant ainsi mon inventaire complet à la bonne foi de ceux qui restaient sur place. Moins de 48 heures plus tard, je recevais le coup de poignard, formulé comme suit : « Eureka! J’ai retrouvé vos bacs! Par contre, ils sont vides… » 

Enfant, je jouais à un jeu de cartes à deux couleurs, les oranges pour les questions et les vertes pour les réponses. Le jeu avait le même nombre de cartes pour chaque couleur. Une personne avait les questions et l’autre les réponses. Le but, se renvoyer la balle de question-réponse en attendant une combinaison hilarante. Des questions aussi saugrenues que : « As-tu peur du Croque mitaine?» Et des réponses comme : «L’occasion fait le larron»  Je me rappelle avoir demandé à ma mère la signification de cette dernière. Du haut de mes 10-11 ans, jamais je ne me serais douté en comprendre tout son sens une veille de Noël, à 40 ans. 

Larron! Pierre-Marc et moi t’avons fourni l’occasion et nous en sommes conscients. Loin de vouloir jouer les victimes nous aurions volontiers échangé ton passage contre celui du bon samaritain. 

Larron! Toi qui as saisi sa chance en partant avec mon inventaire, j’aimerais te dire que ça va, au cas où tu te le demanderais. 

Oui, ton geste m’a ébranlé! Oui j’ai voulu défoncer le plancher de la vannette à coups de pied quand j’ai découvert la situation. Oui, ça a fait mal! Rapidement, j’ai décidé de ne pas me laisser contaminer par tes valeurs qui sont  bien différentes des miennes. Les larmes, les cris et la colère auraient laissé gagner ton monde sur le mien. Mon monde, c’est celui de faire des pieds et des mains pour rendre un portefeuille plein de billets à son propriétaire, celui de semer du bon pour récolter du bon. 

Je tiens à te remercier pour la leçon puissante de lâcher-prise que tu m’as servie. En effet, j’ai appris ton geste quelques heures avant le réveillon familial avec mes oncles, mes tantes et mes petits-cousins et cousines. C’est avec un certain mal de ventre, et quelques verres de punch au gin de ma cousine, que j’ai choisi de me connecter sur la joie pure des enfants, en jouant avec eux au point d’en perdre le souffle. Pierre-Marc peut témoigner, que même dégrisée dudit punch, je suis rentrée chez-moi, en disant que c’était un des plus beaux réveillons de ma vie. Larron! Tu ne m’as pas volé mon temps des Fêtes et j’en suis vraiment fière. J’aurais pu boire du punch à la paille assise dans mon coin avec un capuchon sur la tête. Eh non. J’ai plutôt décidé de mettre en application une de mes phrases fétiche : « Je choisis le bonheur! » 

Sans tomber dans le déni, Pierre-Marc et moi parlions de ce qui venait de se passer, à coup de, si j’avais fait ça ou de j’aurais dont dû, on t’imaginait chez le prêteur sur gage avec un stock de bijoux en papier. On laissait de la place pour les émotions, en attendant qu’elles passent, en évitant la rumination. Larron! Ton geste aurait pu mettre la bisbille dans mon couple à chercher qui est le plus coupable de Pierre-Marc ou moi. On a choisi de se serrer les coudes et de remettre Origami Ökibo « back on track » en équipe. Notre leitmotiv : On a foiré en équipe on va s’en remettre en équipe! La preuve, le chèque couvrant une partie des pertes qui s’en vient de l’assurance. 

Larron! Je t’en veux. Avant ce fameux 24 décembre, j’avais confiance dans les gens et la vie en générale. Je t’en veux car tu as ébranlé mes croyances et ma foi dans l’autre. Je m’attriste de voir tous les gestes du quotidien que je fais maintenant différemment. Ranger, mes bottes dans ma case barrée à la piscine plutôt que de les laisser comme tout le monde à l’entrée. J’étais une « beliver ». D’un autre côté, je te remercie, tu m’as appris à devenir plus vigilante, à penser plus comme toi, à voir les occasions et les mettre en échec avant qu’un de tes congénères passe et laisse sa trace dans mes affaires. Grâce à toi, je suis une adulte plus avertie. 

Larron! Tu m’as servie une occasion en or de voir les gens qui me prennent pour qui je suis, sans me juger et sans me faire la leçon. Je suis heureuse qu’ils aient été nombreux. 

Larron! Tu m’as servi l’occasion de renouveler mon engagement  face à Ökibo. Tout était là pour passer Go et réclamer 200  en fermant boutique. Au contraire, tu m’as fait voir une « batch » de grues « forcées » entre Noël et le Jour de l’an comme les ailes de ma liberté, de mon autonomie. J’ai senti au plus profond de moi, ce désir de continuer malgré la montagne de pliage à refaire. Tu m’as appris que je suis capable d’en prendre bien plus que je l’imaginais. 

  

P.S. À l’avenir, je vais mettre une alarme sur mon cell à l’heure prévue de fin du démontage et je vais aller voir si tout est dans la vannette avant de boucler ma ceinture. Théoriquement, tu ne devrais plus recroiser mon stock à la traîne. Pis si tu le trouves, cette fois-là, appelle-moi? Ça serait tellement mieux. Parce qu’on va se le dire, mes bijoux chez le prêteur sur gage ça ne vaut pas ben, ben cher. 

  

  

 

  • Delude, Lise dit ...

    Chapeau!,vous faites bien de ne pas vous laisser abattre,le retour du balancier viendra bien lui couper les ailes un jour ….

    Le avr. 05, 2020

  • Antonine Tremblay dit ...

    Vous êtes des personnes inspirantes…Quelle belle façon de réagir et faire. Au lieu de jouer le rôle de victimes vous êtes devenus des héros. Vous êtes une équipe hors du commun.
    Bravo et félicitations pour ce respect , cette détermination et cette force de caractère.

    Le avr. 05, 2020

  • Marie-Denise Brodeur dit ...

    Je comprends encore mieux et plus à quel point Pierre-Marc et toi êtes rendus où vous en êtes après tous les efforts possibles et impossibles que vous avez fournis tout ce temps. Courage, Positivisme et Détermination vous “leitmotiv” et votre Amour vitamine tout ça! Respect et Admiration pour tout ce que vous êtes et pour tout ce que vous faites. Quelle belle équipe que vous deux. Sincèrement!

    Le févr. 21, 2020

Laissez un commentaire

Rechercher